Samedi à Rome

Et oui, un samedi pluvieux à Rome, plus exactement entre Rome et Ostie. La foire « Arti e Mesteri’ a ouvert ses portes. Au programme, la plus grande pizza du monde, et une présentation de la gastronomie italienne à travers les plus beaux fleurons: panettones, fromages à tomber, charcuterie, sauces à la truffe, chocolats… on pouvait goûter de tout et surtout encourager les petits producteurs de qualité qui souffrent de la crise.

Petite composition romaine

Well, a rainy Saturday in Rome, more exactly between Rome and Ostia. The fair « Arti e Mesteri » has opened its doors. One could see the largest pizza in the world, and a presentation of Italian cuisine through its finest jewels: panettones, cheeses, charcuterie, truffle sauces, chocolates. I could taste almost everything and foremost encourage small quality producers who suffer from the crisis.

(c) Musefabe 2012

 

 

Publicités

Hopper et Dali…

Salvador Domingo Felipe Jacinto Dalí i Domènech (1904-1989) et Edward Hopper (1882-1967).

Entre l’inventeur des montres molles et l’élève de Robert Henri, de 22 ans son ainé, un lien évident de parenté artistique. Je ne sais pas si Dali a connu Hopper mais, à la vue des deux tableaux ci-dessous que j’ai mis en perspective, il est impossible de ne pas être troublé. Même atmosphère, mêmes couleurs, même calme, même souci du détail, de la géométrie. Ces femmes (Gala pour Dali, dont la photo qui lui a servi pour peindre ce portrait se trouve dans sa maison de Cadaquès), se penchent toutes deux vers leur droite, décolleté généreux pour Hopper et sein gauche dénudé pour Dali. Gala ne semble même pas surprise et assume sa posture avec un brin de provocation cependant que la jeune femme de Hopper, comme tous ses personnages semble attendre quelque chose ou réfléchir à un événement récent. Gala est ancrée dans le présent et nous regarde. Pour la femme de Hopper, le présent n’existe pas…

Between the inventor of the soft watches and the student of Robert Henri, 22 years his elder, a clear link of artistic kinship. I have no idea if Dali knew Hopper, but looking at  the two above paintings  I put in perspective, it is impossible not to be disturbed. Same atmosphere, same colors, same calm, the same attention to detail and geometry. These women (Gala Dali, whose picture which was used to paint this portrait is in the house of Cadaques), bend both to their right, generous cleavage for Hopper and bare left breast  for Dali. Gala does not even seem surprised and assumes her position with a hint of provocation, whilst the young woman from Hopper, like all his characters seems to be waiting for something or think about a recent event. Gala is anchored in the present and watching. For Hopper’s characters, present does not exist …

A start-up is born

Je suis heureux d’annoncer la naissance d’Effistra.

Jeune start-up de conseil en entreprise, spécialisée dans l’analyse systémique des situations et les modèles de  marketing stratégique.

Son site internet est en construction mais déjà visitable. Vous pouvez participer au sondage…

Bonne visite !

I am very glad to announce the creation of Effistra

This is a young start-up company, specialized in the systemic analysis of situations and strategic marketing modeling.

Its internet site is under construction but you may already have a look and participate to the poll…

Have a great visit…