Chose publique

L’Europe ou ce qu’il en reste, négocie actuellement le versement d’une énième tranche d’aide à la Grèce pour aider ce pays à… rembourser ce qu’elle doit à l’Europe (enfin, à ses créanciers, c’est à dire les principalement les banques). Poussés en cela par un FMI complètement déconnecté des réalités économiques, les européens (cela me fait drôle de mettre sous ce noble vocable ce puzzle incontrôlable et impuissant), les européens, dis-je, vont demander encore plus d’austérité à un pays déjà au bord de l’asphyxie sociale et livré aux mouvements démagogiques fascisants. Trois milliards d’euros de coupes supplémentaires, notamment dans les retraites, et dont pas un centime ne profitera à l’économie réelle mais qui iront engraisser le petit monde de la finance qui nous avait déjà mis dedans en 2008. Quand diantre regarderons nous en face le problème de la dette grecque (et plus tard la dette espagnole, italienne, française…)? Il est vrai qu’il est plus facile à nos dirigeants de s’accorder pour taper sur Tsipras que pour tenir tête aux ambitions fumeuses d’un Erdogan. Demander aux Grecs des efforts, soit. Mais que l’argent versé en contrepartie alimente un développement économique indispensable, dans le cadre d’un véritable plan d’apurement d’une dette irremboursable en l’état. Mais pour cela, il faut une volonté politique. Comment? Vous avez dit volonté? J’ai en tête une autre image, plus parlante mais aussi plus vulgaire…

Source : Chose publique

Publicités

Flying again

DR400 and IAs my son currently prepares the exam to join the French Airforce, I took this opportunity to arrange for him a couple of hours piloting  a small aircraft with an instructor. I got my Private Pilot License back in 1997 and stopped piloting in 2000. I enjoyed so much flying again with my son that I decided to re-activate my clearance to fly. To do so, I first had to pass an electrocardiogram, visit a cardiologist, have a complete blood exam, and finally be  declared OK by a specialized doctor. Then, I flew 4-5 hours with my instructor (a former French Airforce pilot), and passed with him the re-qualification exam. I now have my brand new license and I can fly again either alone or with passengers on the full range of Robin DR 400 planes. This is a lot of fun. Winter is not the ideal season to do it but I manage to get some slots to do some local flights or longer range ones.

(c) Musefabe 2012

A start-up is born

Je suis heureux d’annoncer la naissance d’Effistra.

Jeune start-up de conseil en entreprise, spécialisée dans l’analyse systémique des situations et les modèles de  marketing stratégique.

Son site internet est en construction mais déjà visitable. Vous pouvez participer au sondage…

Bonne visite !

I am very glad to announce the creation of Effistra

This is a young start-up company, specialized in the systemic analysis of situations and strategic marketing modeling.

Its internet site is under construction but you may already have a look and participate to the poll…

Have a great visit…

 

L’omelard de la mère Poulette

S’il est une institution au Mont Saint Michel, c’est bien celle de la mère Poulard, dont l’omelette est célèbre aux quatre coins de la sphère mondiale, si elle en avait, et à tel point que des escadrons de Japonais se pressent pour voir battre cette mousse onctueuse par un marmiton qui n’en peut plus de participer à un rituel auprès duquel les sacrifices Maya font figure de films de Walt Disney.
Bien.
Mais la mère Poulard, cela n’est pas que le restau emblématique et l’omelette éponyme. Il y a aussi une espèce de brasserie, un hotel, une boutique de souvenirs, enfin, plein de petits Poulards qui ont essaimé dans l’unique rue du Mont dédié au saint psychopompe (que Michel était, comme chacun sait).
Ordoncques, hier soir, après avoir fait le tour du monticule, ultime résidu du plissement hercynien avec le mont Tombelaine et le Mont Dole, après avoir failli visiter l’abbaye à deux minutes près – mais nous nous sommes rattrapés en arpentant remparts et jardins – nous décidâmes de dîner chez la mère Poulard. Nous entrons dans le restaurant, le vrai, où il y a des nappes blanches et un accueil des plus stylés, nous nous installons et consultons les cartes. En très gros, si on veut déguster l’omelette, il faut passer par les menus.
Une omelette au homard à 25 euros les 100 grammes (de homard, pas d’omelette), un menu à 65 euros ou un menu à 45 euros.
Un chef de rang s’approche, très aimable, pour prendre la commande.
– Bonsouarre. Avez-vous fait votre choix?
– Euh oui, enfin, non. On ne voudrait qu’une omelette (déjà qu’elles sont balèzes) mais on ne voit pas de choix à la carte.
– C’est exact, à partir de 18 heures, il faut prendre un des menus.
– Oui, mais on ne veut pas tout ce qu’il y a dessus. Entrée, dessert plus omelette, c’est trop.
– Désolé mais il n’y a pas d’autre choix.
– Bon, tant pis pour l’omelette. Le plat du jour dans le menu à 35 euros, c’est quoi?
– Ce sont des tripes à la mode de Caen, enfin des intestins de….
– On voit ce que c’est, merci. Donc, si on ne veut manger qu’une omelette…
– … il faut venir entre 14 heures et 18 heures.
– Pas l’heure de manger une omelette, ça…
– Je sais, vous n’êtes pas les premiers à le dire mais les ordres viennent d’en haut.
Nous comprenons à cet instant même que tout est fait, dans cette vénérable institution, pour plumer le touriste et le laisser tondu comme un œuf en l’obligeant aux heures des repas à aligner ses ronds pour manger à prix d’or des trucs dont il ne veut pas afin d’accéder au Graal.
Sur ces considérations, nous avons pris congé, pas brouillés pour deux sous, mais avec le sentiment de l’avoir échappé belle.

First post…

1930 

Petit à petit, je vais rassembler tous ces morceaux de vie, ces textes, ces dessins, ces photos que je trouve dans les fichiers les plus divers. Je veux faire vivre cet endroit. En cherchant bien, vous y trouverez de belles amitiés, des émotions intactes et de grandes révoltes… Vos commentaires sont les bienvenus.

Little by little, I will gather all these pieces of life, these texts, these drawings, these pictures I found in the most diverse files. I want this place to live. Look carefully, you will find great friendships, intact emotions and large revolts … Your comments are welcome.

A bientôt

(c) Musefabe 2011